Une envie de jus d’orange ? Prenez un shot de grammaire, plutôt.

C’est bientôt l’hiver, on va manquer de vitamines ! Vite, quelques oranges à jus, j’en donne quelques unes à ma copine Charlotte, et hop, un super jus d’orange. L’histoire finit bien, elles se sont pressé un super jus d’orange. Elles se sont pressée. Pressées. Pressés. Et zut.

Elles se sont pressé un jus d’orange, ou elles se sont pressées un jus d’orange ?

Quelle bonne question.

Vous pensez que ça n’a aucune importance ? Vous n’aimez pas le jus d’orange de toute façon ?

Ok, alors voilà l’histoire. Voyez-vous, la semaine passée, je pensais savoir écrire que des gouvernements se suivaient les uns après les autres, au fil des élections. Je pensais savoir écrire que les « gouvernements se sont succédé pendant des années ». Vous aussi vous mettriez un S à la fin ? Alors prenez 5 minutes pour lire la suite.

La règle

Comme toujours en cas de doute, je ressors mon meilleur ami le Bescherelle Grammaire. Je lui demande conseil. Je lui raconte ma journée. Je lui confesse mes fautes (humour de linguiste).

Voilà sa sainte parole :

Si le pronom réfléchi est COD, le participe passé s’accorde avec ce COD  : « Elle s’est soignée avec des plantes ». 

Si le pronom réfléchi est COI, le participe passé ne s’accorde pas avec ce pronom : « Elles se sont accordé deux mois de vacances »

Etape 1 : trouver la fonction du pronom réfléchi

Pour faire simple, il faut s’interroger sur la fonction du pronom réfléchi « se » :

  • La fonction = COD 

Elle s’est soignée avec des plantes = QUI s’est soigné ? = Elle.

=COD

  • La fonction = COI

Elles se sont accordé deux mois de vacances = A QUI se sont-elles accordé ? = A elles.

=COI

Etape 2 : accorder selon les cas

COD  = on accorde

COI = on n’accorde PAS

Qu’en est-il pour nos oranges ?

= Elles se sont pressé(e-s) un jus d’orange  = A qui ont-elles pressé ce fameux jus d’orange ? = COI

= Elles se sont pressé un jus d’orange.

Attention ! Si le pronom n’a pas de fonction (ça arrive, jugez pas), s’il n’est ni COI ni COD, alors le participe s’accorde avec le sujet. Mais bon, c’est un peu différent, on y reviendra.

Morale de l’histoire : le jus d’orange, c’est bon pour la santé, et la grammaire.
Vous aimez ? N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.